PROJET AURORE

Le Cercle de l’Harmonie travaille avec l’Association Aurore reconnue d’utilité publique, dont les centres prennent en charge et hébergent les familles ou les mères isolées de ces enfants. En 2017, le Cercle de l’Harmonie a travaillé avec le Centre d’hébergement d’urgence Magenta (10ème arrondissement de Paris).

S’agissant d’un projet pilote, c’est un travail pensé dans la longueur, qui prend en compte la spécificité de ces publics, de ces lieux par définition éphémères à plus ou moins long terme puisqu’il s’agit d’hébergement d’urgence soumis à la mobilité, conséquence de la disponibilité des lieux mis à disposition de ces associations. C’est également un projet qui s’adapte et évolue au fur et à mesure des rencontres, des bilans avec les directrices des centres, de la réaction des enfants, des mères, des familles.

L’année 2017/18 a été marquée par le Barbier de Séville au Théâtre des Champs-Elysées. Ce fut l’occasion pour les enfants d’appréhender la magie d’un opéra drôle et entrainant que la mise en scène de Laurent Pelly soulignait encore. Les enfants ont pu approcher les musiciens et les chanteurs, partager de longs moments au milieu de l’orchestre et mieux appréhender le rythme et les instruments. Tout au long de l’année, ils ont retrouvé Jérémie Rhorer et Maialen Loth, altiste, qui les ont initié à la musique romantique, à la notation, et les ont même emmenés au musée d’Orsay pour découvrir l’importance de la musique dans la peinture.

Ils s’appellent Babek, Sofiane, Loubna, Anes, Ilies, Delia, Andrea, Naomi, Sima, Anna, Malak, Maram, Imene, Djoumana, Lisi, Abdel Karim, Kahina, Raybek, Malika, Mariam, Laghine, Anna… leur joie, leur sourires, leur enthousiasme nous font avancer.

PROJET AURORE

Le Cercle de l’Harmonie travaille avec l’Association Aurore reconnue d’utilité publique, dont les centres prennent en charge et hébergent les familles ou les mères isolées de ces enfants. En 2017, le Cercle de l’Harmonie a travaillé avec le Centre d’hébergement d’urgence Magenta (10ème arrondissement de Paris).

S’agissant d’un projet pilote, c’est un travail pensé dans la longueur, qui prend en compte la spécificité de ces publics, de ces lieux par définition éphémères à plus ou moins long terme puisqu’il s’agit d’hébergement d’urgence soumis à la mobilité, conséquence de la disponibilité des lieux mis à disposition de ces associations. C’est également un projet qui s’adapte et évolue au fur et à mesure des rencontres, des bilans avec les directrices des centres, de la réaction des enfants, des mères, des familles.

L’année 2017/18 a été marquée par le Barbier de Séville au Théâtre des Champs-Elysées. Ce fut l’occasion pour les enfants d’appréhender la magie d’un opéra drôle et entrainant que la mise en scène de Laurent Pelly soulignait encore. Les enfants ont pu approcher les musiciens et les chanteurs, partager de longs moments au milieu de l’orchestre et mieux appréhender le rythme et les instruments. Tout au long de l’année, ils ont retrouvé Jérémie Rhorer et Maialen Loth, altiste, qui les ont initié à la musique romantique, à la notation, et les ont même emmenés au musée d’Orsay pour découvrir l’importance de la musique dans la peinture.

Ils s’appellent Babek, Sofiane, Loubna, Anes, Ilies, Delia, Andrea, Naomi, Sima, Anna, Malak, Maram, Imene, Djoumana, Lisi, Abdel Karim, Kahina, Raybek, Malika, Mariam, Laghine, Anna… leur joie, leur sourires, leur enthousiasme nous font avancer.