Fanny & Felix

Essen Philharmonie
Fanny & Felix | Le Cercle de l'Harmonie

DISTRIBUTION
Direction musicale, Jérémie Rhorer
Narrateur, Wolfram Koch
Soprano, Jacquelyn Wagner
Mezzo-soprano, Valentina Stadler
Chœur, Philharmonischer Chor Essen
Orchestre, Le Cercle de l’Harmonie

PROGRAMME
Felix Mendelssohn – 
La Belle Mélusine, Ouverture
Fanny Hensel-Mendelssohn – Hero et Léandre
Fanny Hensel-Mendelssohn – Faust II
Felix Mendelssohn – Le Songe d’une nuit d’été

 

 

Ce programme présente les œuvres des frère et sœur Fanny Hensel et Felix Mendelssohn. 

La première est celle de Felix Mendelssohn, Das Märchen von der schönen Melusine. Mendelssohn s’appuie sur un livret de Grillparzer, La Sirène et le Chevalier, ayant servi pour un opéra de Konradin Kreutzer, dont il décide de créer une nouvelle version adaptée à un concert, en 1834 à la Philharmonie de Londres. L’histoire repose sur une légende du centre de la France et sur les contes de Mélusine, princesse qui possédait le pouvoir de se transformer en serpent. Un thème souple et onduleux décrit Mélusine alors qu’un autre fier et martial réfère au personnage de Lusignan, chevalier. Cette ouverture est décrite par les musicologues comme “l’une des compositions les plus poétiques du musicien et sans doute de tout le répertoire romantique allemand”. 

 

Le cœur du concert est dédié à Fanny Hensel avec Faust II, qui s’appuie sur la pièce de théâtre de Von Goethe et Hero und Leander, guidé par le poème homonyme de Friedrich Schiller. Hensel est une avant-gardiste. Elle anticipe les textures, l’harmonie et le caractère cyclique de la musique de Richard Wagner, sans avoir entretenu aucun lien avec le compositeur. Issu d’une famille conservatrice et bourgeoise, Hensel va à contre-courant et se place vers la nouvelle école allemande, avec une certaine audace harmonique et des formes musicales non traditionnelles. Elle se différencie de son frère par son style romantique tardif et sa spontanéité. Les œuvres de Hensel sont intelligentes, cohérentes et les détails de chaque paramètre musical sont soignés. Néanmoins, elle réussit toujours à surprendre l’auditeur par des propositions de contrastes inattendus. 

 

Le programme est clôturé par le célèbre Songe d’une nuit d’été de Felix Mendelssohn inspiré de la comédie homonyme de William Shakespeare. L’œuvre est composée en 1826 et 1827 alors que Mendelssohn n’a que 17 ans. Selon François René Tranchefort il y recré « la féérie par une suite d’impressions musicales qui échappent à la pure anecdote », notamment grâce aux bois qui témoignent de l’atmosphère enchantée du royaume d’Obéron ou encore avec le bruissement des cordes. Cette œuvre manifeste « un don inné des dispositions harmoniques et de l’orchestration propre à mettre en valeur les idées musicales les plus spontanées ». 

Essen Philharmonie